Catégories
Informations

3 choses clés que les entreprises doivent considérer à propos des options d'achat d'actions

Voici ce que vous devez savoir sur les stratégies de rémunération des options d'achat d'actions.

Développez votre entreprise, Pas votre boîte de réception

Restez informé et rejoignez notre newsletter quotidienne maintenant!

juin
30, 2020

5 min de lecture

Opinions exprimées par Entrepreneur les contributeurs sont les leurs.


Les stratégies de compensation des options d'achat d'actions sont difficiles à obtenir pour les petites entreprises et les startups, même dans le meilleur des cas, étant donné la multitude de règles qui s'appliquent. La crise de Covid-19 a rendu la tâche plus difficile, soulignant l'importance d'une planification intelligente autour de la rémunération basée sur les actions pour éviter des résultats fiscaux inattendus pour les entreprises et les employés.

L'un des problèmes est la volatilité du marché qui a accompagné la pandémie et le potentiel pour d'autres à venir. Selon l'endroit où les options ont été évaluées lors de leur émission, cela pourrait entraîner un manque d'incitations pour les employés car leurs options sont gravement «sous-marines» ou une aubaine inattendue pour eux qui pourrait nuire aux actionnaires actuels.

L'autre facteur de complication est l'incertitude générale sur la façon dont les éléments clés de l'économie vont se rétablir. Il est donc particulièrement difficile de parvenir à une évaluation précise, qui détermine généralement le prix d'exercice des options sur actions. Les évaluations sont généralement motivées par les flux de trésorerie qui, pour de nombreuses entreprises, se sont évaporés ou sont devenus très irréguliers depuis mars.

Cela peut être particulièrement difficile pour les startups technologiques, qui dépendent fortement des stock-options pour inciter leur personnel lorsque les liquidités sont insuffisantes. Contrairement aux entreprises plus établies, elles manquent souvent de ressources pour analyser en profondeur les questions fiscales et réglementaires complexes entourant les options d'achat d'actions qui pourraient revenir les mordre, elles et leurs employés.

Voici trois éléments clés que les entreprises devraient envisager dès maintenant concernant les options d'achat d'actions.

1. Évitez les risques d'évaluation

Les entreprises doivent se protéger et protéger les bénéficiaires d'options d'achat d'actions contre les conséquences fiscales potentiellement dramatiques de l'émission d'options avec un prix d'exercice inférieur à la juste valeur actuelle des actions. Une façon d'éviter ces conséquences désastreuses consiste pour les entreprises à obtenir une évaluation au titre de l'article 409A. Pourtant, de nombreuses startups adoptent une approche occasionnelle ou trop agressive en matière d'évaluation afin d'économiser le coût d'une évaluation ou de stimuler les incitations pour les employés. Si cela est découvert dans un audit IRS, les employés pourraient être condamnés à des sanctions extrêmement lourdes et l'entreprise pourrait subir un coup dur pour la réputation ainsi que d'autres conséquences fiscales. Bien qu'une évaluation selon la section 409A puisse être effectuée en interne, le moyen le plus sûr est de confier la tâche à un évaluateur tiers ayant une expérience dans ce domaine. Un gros avantage d'utiliser un tiers qualifié est que vous n'avez pas à prouver que l'évaluation est raisonnable, cela met la charge sur l'IRS de prouver que votre évaluation est déraisonnable.

2. Choisissez la bonne option

Le choix de la bonne forme d’options d’achat d’actions est un autre domaine dans lequel de nombreuses entreprises ne réfléchissent pas suffisamment, ce qui entraîne des résultats fiscaux qui peuvent saper leurs stratégies d’incitation. Les deux principaux types – options d'achat d'actions incitatives (ISO) et options d'achat d'actions non qualifiées (ONS) – ont des conséquences fiscales très différentes et de nombreux résultats potentiels selon la façon dont les employés les exercent. En général, les ONS sont traités comme un revenu ordinaire pour les employés et comme des déductions pour les employeurs lorsqu'ils sont exercés. Les startups considèrent souvent les ISO comme un meilleur outil d'incitation, car le produit peut être imposé au taux de plus-value inférieur au moment de la vente de l'action sous-jacente plutôt que comme un revenu ordinaire à l'exercice, tant que les employés ne vendent pas l'action avant la dernière des dates suivantes: deux ans après la date d'attribution et un an après la date d'exercice.

3. Connaître le paysage fiscal

Les choses peuvent se compliquer si, comme cela est courant, les entreprises permettent aux employés de procéder à un «exercice sans numéraire» des ISO, dans lequel certaines options sont vendues afin de financer l'exercice du reste. Cela se traduit par une «disposition disqualifiante» qui exige que le produit soit imposé comme un revenu ordinaire et est déclaré sur le formulaire W-2 de l'employé. La préférence fiscale minimale alternative et la limite annuelle de 100 000 $ compliquent également les ISO. Cette dernière peut être un gros obstacle pour les entreprises qui espèrent avoir une trajectoire de croissance très forte. Les ISO sont également souvent émis dans des scénarios où il est peu probable qu'ils soient exercés jusqu'à ce qu'un événement de sortie soit imminent, entraînant la perte des avantages fiscaux prévus. Alors que les ISO peuvent être de puissants outils de planification, ils ne sont tout simplement pas toujours le meilleur choix dans de nombreux modèles de faits.

Ce ne sont là que quelques-uns des points importants à considérer dans ce qui est un domaine fiscal très complexe semé d'embûches.

Chaque entreprise aura besoin d'une solution adaptée à son stade de développement, à son plan de croissance, à sa culture d'entreprise et à ses besoins en talents. Les chefs d'entreprise doivent comprendre les différentes options et la meilleure solution pour l'entreprise. Ils doivent ensuite communiquer avec les employés et les guider à travers les risques et les opportunités de différents choix.

Kurt Piwko est associé au bureau national des impôts de Plante Moran. Michael Krucker, associé en consultation en avantages sociaux chez Plante Moran, a également contribué à cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *