Catégories
Informations

Enseigner aux tout-petits une alternative au papier toilette

Au milieu d’une pandémie, l’hygiène est au cœur de l’esprit de Yousfa Janjua. Elle a été témoin de la pénurie de papier toilette au début de Covid-19. Ce moment de crise a illustré le problème de dépendre uniquement du papier toilette pendant une période de pénurie à travers le monde. Pour Yousfa, il y avait cependant une alternative: utiliser de l'eau. Elle a décidé d'enseigner à ses enfants le processus de nettoyage en créant Mon premier livre de pot musulman pour sa communauté. À ce moment-là, enseigner aux enfants musulmans qu'ils se lavent différemment avec de l'eau est devenu non seulement une compétence de vie, mais aussi une compétence de survie.

«Pour la plupart, les musulmans ne ressentaient pas la même panique face au manque de papier hygiénique car nous pouvions nous en passer si nécessaire. Cela m'a en fait aidé à souligner l'importance d'enseigner à nos enfants les bonnes règles islamiques de la salle de bain et à encourager les parents à commencer leur voyage de formation au pot musulman avec leurs enfants, qui commencent généralement par des livres de pot », explique Yousfa.

Dans le cadre de la propreté, l'Islam a des directives pour se nettoyer après avoir utilisé la salle de bain avec de l'eau. L'exigence religieuse permet une purification à la fois physique et spirituelle qui ne peut être effectuée en essuyant uniquement avec du papier toilette. En train d'entraîner son fils à la propreté, Yousfa était vraiment choquée de voir qu'il n'y avait pas de livres de pot destinés à l'utilisation de l'eau. Elle n'arrêtait pas d'interrompre et de modifier les cours de pot traditionnels.

«J'ai été déçu que mes recherches pour un tel livre de pot continuent à venir vide. Il y a 1,8 milliard de musulmans dans le monde et nous utilisons tous de l'eau (ou nous devrions!) Après avoir utilisé les toilettes; donc en tant que mère, c'était frustrant que ce livre n'existe pas. Je l'ai donc écrit », explique Yousfa.

En rédigeant son livre, Yousfa mentionne qu'elle «craignait les effets négatifs de cette invisibilité constante et de la non-inclusion du récit musulman de la presse écrite et des médias traditionnels, en particulier à un âge tendre». Pour briser le moule, elle s'est lancée dans un voyage qui allait changer la forme de l'entraînement au pot. Elle voulait que ses enfants aient un sentiment d'appartenance. "Je ne voulais pas que mes enfants infèrent à tort que notre religion, notre culture et nos identités étaient" inférieures à "ou quelque chose à cacher et à ne pas représenter. La représentation est importante, même s’il s’agit d’un livre de pot », explique Yousfa.

Depuis que le livre de Yousfa a été publié au début de la pandémie en février 2020, sa plus grande difficulté a été de partager son travail. Son éditeur avait plusieurs événements de livres alignés à travers le pays, mais malheureusement, ils ont été annulés pour des raisons de sécurité. Yousfa s'est tournée vers la communauté en ligne et a exploité le pouvoir des médias sociaux où elle a recueilli un soutien important pour Mon premier livre de pot musulman. La majorité de ses ventes ont été en ligne. Cependant, les délais de livraison ont été considérablement affectés, ce qui a été frustrant pour Yousfa.

Pour rendre l'entraînement au pot agréable, Yousfa a créé des rimes qui incluent l'étiquette de la salle de bain islamique, comme le nœud du livre, "Avec de l'eau d'un bidet, lota ou pot, nous vous nettoierons comme tous les musulmans sont enseignés", comme la plupart des tout-petits demandez l'aide des parents pour les laver jusqu'à ce qu'ils soient assez vieux.

«L'illustrateur, Golnar Servatian, a créé de belles images aquarelles pour donner vie à ma vision de cette famille musulmane. J'ai basé le personnage principal sur mon fils car il était l'inspiration originale du livre. Cela m'a également permis de souligner que contrairement aux livres de pot traditionnels et selon notre religion, les garçons devraient s'asseoir pour faire pipi, ce qui était un autre problème que j'ai trouvé dans les livres de pot traditionnels », précise Yousfa. Alors que la mère est basée sur elle-même, elle a pris un tour différent pour le père. «Pour le père, je savais que je voulais qu'il soit celui qui nettoie après les accidents, conduisant la famille dans la prière et lavant l'enfant au pot. Je l'ai fait pour deux raisons: une pour démanteler le stéréotype de papa musulman chauvin, contrôlant et distant et deux, pour représenter la tradition du prophète Mahomet d'effectuer les tâches ménagères », ajoute Yousfa,« mes enfants ont vu leur père et j'espère que d'autres enfants en bas âge voir les leurs. "

En fin de compte, la nécessité est la mère de l'invention qui a conduit à la première publication de Yousfa, mais son «objectif est de donner une visibilité aux expériences musulmanes qui aident à façonner les identités musulmanes naissantes de nos enfants. Dans le processus, elle espère contrer les images négatives qui bombardent les médias traditionnels avec la plus grande vérité et la réalité musulmane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *