Catégories
Informations

L'investissement dans l'optique du genre souffre de revers mais sortira plus fort de Covid-19

Les investissements à risque dans les entreprises dirigées par des femmes ne représentaient que 2,8% de tous les investissements en 2019 et, depuis le début de 2020, l'activité globale des transactions pour les startups fondées par des femmes a en fait diminué. Malgré les statistiques sombres, Covid-19 peut présenter l'opportunité de développer l'investissement en capital-risque dans l'optique du genre. En juillet 2020, Rethink Impact a clôturé son deuxième fonds investissant dans des entreprises technologiques dirigées par des femmes, pour un montant record de 182 millions de dollars.

«Les progrès vers l'égalité des sexes sont très délicats. Être en mesure d'annoncer le fonds dès maintenant envoie un signal positif aux entrepreneurs », déclare Jenny Abramson, fondatrice et associée directrice de Rethink Impact, qui se concentre sur les séries A et B, considérée comme la« vallée de la mort pour les entrepreneurs ». Abramson réfléchit au montant toujours bas du financement du capital-risque (CR) accordé aux femmes entrepreneurs. «Ma propre mère dirigeait en fait un fonds de capital-risque investissant dans les femmes, étant l'une des premières à le faire. Chose choquante, le pourcentage de l’argent du capital-risque destiné aux femmes n’a pas vraiment changé depuis plus de 20 ans. »

Soutenir les femmes entrepreneurs n'est pas seulement une fin en soi, mais il est également essentiel pour lutter contre les inégalités sociales plus larges. «Une partie de l’histoire qui n’a pas encore été racontée est que la race et le sexe sont souvent liés. Qui est financé a un impact sur l’accès au capital, mais aussi sur les problèmes qui sont abordés et sur ceux qui ne le sont pas », déclare Abramson. L'un des bailleurs de fonds de leur fonds, W.K. La Fondation Kellogg, fait écho à l'objectif de Rethink Impact de soutenir les femmes dans la lutte contre les inégalités. «L’approche de Rethink Impact s’aligne bien avec la stratégie d’investissement axée sur la mission du W.K. La Fondation Kellogg (WKKF), conçue pour exploiter le pouvoir des marchés financiers pour s'attaquer aux causes profondes de l'iniquité et des préjugés raciaux et contribuer à rendre toutes les communautés plus dynamiques, engagées et équitables », déclare Cynthia Muller, directrice de Mission Investment de la WKKF. «Nous essayons de trouver des moyens de créer plus d'accès au capital pour les leaders de la couleur.»

Pendant Covid-19, les inégalités sociales sont devenues encore plus prononcées, mais elles présentent également des opportunités. L'associée gérante Rethink Impact, Heidi Patel, et d'autres investisseurs dans l'optique du genre sont confiants dans la trajectoire à long terme de l'investissement en capital-risque dans l'optique du genre. «Notre objectif sectoriel comprend la santé, l'éducation, l'environnement et l'autonomisation économique. L'impact de bon nombre de nos entreprises a été encore plus prononcé pendant Covid-19 », déclare Patel. Abramson déclare: «En tant qu'investisseur, au moment de Covid-19, nous devrions doubler et investir dans ces opportunités et ne pas nous pencher.» CareAcademy, dirigée par Helen Adeosun, qui forme des soignants à domicile pour améliorer la qualité des soins pour les patients et leurs familles, en est un exemple dans le portefeuille Rethink Impact. De même, Neurotrack, dirigé par Elli Kaplan, est un diagnostic numérique qui identifie le déclin cognitif – comme celui d’Alzheimer – des années avant l’apparition des symptômes et en freine l’apparition grâce à son programme de thérapie comportementale. La recherche a montré que les deux tiers des patients atteints de la maladie d'Alzheimer sont des femmes et que les Afro-Américains sont deux fois plus susceptibles de développer la maladie. Le diagnostic numérique et la prévention précoce dans le domaine de la santé seront des domaines de croissance pour les années à venir.

Les observations d'Abramson sont très similaires à celles d'un autre investisseur en capital-risque avec une optique de genre. Virginia Tan, basée à Singapour, fondatrice de Teja Ventures, investit dans des entreprises technologiques pour She Economy en Asie. «Sur la base des sociétés de notre portefeuille, nous pouvons voir que la stratégie d'investissement axée sur le genre est anticyclique. Nos entreprises disposent de suffisamment de liquidités et continuent de générer des revenus. En fait, 70% de nos entreprises ont levé des capitaux pendant Covid-19 », déclare Tan. Avant Covid-19, Teja Ventures a décidé de prendre position sur les besoins de consommation de base tournant autour du cycle de vie d'une femme, tels que l'alimentation saine et la santé mentale, le commerce social et les réseaux, la technologie de l'éducation et les chaînes d'approvisionnement numériques; et ceux-ci se sont avérés être des paris rentables.

Depuis Covid-19, Tan a reçu plus d'intérêt pour le travail qu'elle fait. «Nous recevons beaucoup plus d'appels et d'intérêt. Warren Buffett a dit un jour à propos de «Lorsque les gens sont avides, ayez peur. Lorsque les gens ont peur, soyez avides. »Ce dernier point s’applique certainement à nous, car nous multiplions par deux les investissements dans la perspective du genre.»

Alors que l'investissement en capital-risque dans des équipes dirigées par des femmes a subi une baisse, l'analyse de rentabilisation de l'investissement dans l'optique du genre semble plus solide que jamais. Project Sage, une analyse du paysage des fonds structurés de capital-investissement, de capital-risque et de dette privée avec une optique de genre, vient de publier sa troisième édition et a constaté que le capital total levé était d'environ 4,8 milliards de dollars, soit le double de l'année précédente. Mais le défi posé par Covid-19, déclare Suzanne Biegel, co-auteure de Project Sage, est que «les gens soutiennent ceux qui sont déjà soutenus, et les plus grandes entreprises et les plus gros fonds obtiennent la majeure partie du nouveau capital. Les investisseurs devraient être plus déterminés à soutenir les femmes entrepreneurs, en particulier les femmes entrepreneurs de colr, et à soutenir des fonds diversifiés entre les sexes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *